Être référencé, ou ne pas être du tout, là n’est plus la question. En effet, celle-ci ne se pose même plus (ou en tout cas ne devrait même plus se poser) à notre époque : si vous voulez exister, vous devez avoir un site internet, et surtout avoir un site internet visible.

Et pour passer de l’ombre à la lumière, il n’y a pas 36 solutions : nous allons parler référencement. Mais que décrit donc ce terme, que tout le monde utilise à tort ou à raison ?

 

Qu’est que le référencement ?

 

Avant toute chose, mettons-nous d’accord sur la description du référencement. Et n’y allons pas par 4 chemins : Lorsque nous aborderons les moteurs de recherche, c’est avant tout à Google que nous ferons référence (sans mauvais jeu de mots…).

Qu’est-ce que le référencement, donc ? Référencer un site, c’est tout simplement faire en sorte de l’indexer dans les SERP de Google. Voilà. C’est tout. Ah oui, les SERP… il s’agit d’un acronyme anglais (Search Engine Page Results), signifiant tout « Résultats des pages du moteur de recherche ».

Pour faire simple, le référencement est donc le travail, les actions mises en place pour parvenir à indexer un site dans les résultats des pages de Google. Le but étant bien entendu d’apparaître parmi les premiers résultats, tout du moins en première page. Pour information, moins de 10% des internautes visitent la page 2, et le tout premier résultat génère 33% des clics. Je vous invite à lire l’étude réalisée par nos confrères de Metadosi ici (https://www.metadosi.fr/premiere-page-de-google-en-chiffres/)

Bon, c’est bien beau tout ça, mais maintenant que l’on sait ce qu’est le référencement, et à quoi ça sert… comment fait-on pour référencer ?

Deux solutions s’offrent à vous : le SEO et le SEA

 

Le SEO

 

Le référencement naturel, ou référencement organique (SEO en anglais pour Search Engine Optimization) et la première solution qui nous vient à l’esprit lorsqu’il s’agit d’indexer son site sur Google. A raison, puisqu’encore aujourd’hui, cette méthode concentre la majeure partie des clics sur la première page des résultats du moteur de recherche.

En schématisant, on pourrait décrire le SEO ainsi : L’algorithme de Google prévoit des « récompenses » aux sites internet les plus vertueux, qui se traduisent par des remontées dans les résultats. Comment être vertueux ? En appliquant les règles (non officielles) du moteur de recherche : site internet interactif, contenu original, balises de référencement correctement rédigées, expérience utilisateur bien pensée… la liste des mesures à appliquer est (très) longue. Si vous souhaitez plus d’informations sur le sujet, je vous recommande notre article sur le référencement naturel.

Listons maintenant les avantages et inconvénients du SEO :

Avantages :

  • C’est gratuit. Enfin, pas si vous passez par une agence web, bien sûr, mais vous n’avez pas de frais facturés par Google
  • Vous avez des résultats pérennes. Bien entendu, rien n’est gravé dans le marbre, mais les résultats sont plutôt stables, si vous vous donnez la peine de faire ce qu’il faut pour les maintenir
  • Comme dit plus haut, les résultats du naturel concentrent la majeure partie des visites sur les sites internet à l’heure actuelle.

Inconvénient :

  • Il n’y en a qu’un : Ça peut prendre du temps, en fonction du degré de concurrence des termes visés. Sur des grosses villes, soyez patients, vous n’aurez pas de résultats avant plusieurs mois, parfois plus.

 

Le SEA

 

Voilà une solution qui grapille, d’années en années, des parts de marché à l’ogre organique. Et ce n’est pas un hasard, car il s’agit ici clairement de la poule aux œufs d’or de Google, comprenez la plus rentable. Je vous invite, à vos heures perdues, à consulter notre billet sur l’évolution du référencement chez Google.

Le SEA , pour Search Engine Advertising, est clairement une solution efficace, directe, rapide et efficace… pour peu que le campagne soit correctement créée, la cible bien identifiée, car autrement elle peut vite devenir un gouffre financier non rentable.

Le but est ici de « payer » Google pour apparaître sur son moteur de recherche. A nouveau, schématisons : vous choisissez vos mots clé, votre cible géographique, rédigez vos annonces, mettez une limite de dépense journalière, et le tour est joué !

Gros avantage par rapport au naturel : vous apparaîtrez dans toutes les petites communes du secteur géographique visé, et ce sans que l’internaute ne soit obligé d’ajouter cette commune dans sa recherche.

Avantages:

  • Pas d’attentes : vous payez, vous apparaissez
  • Possibilité de cibler ou d’exclure des zones géographiques
  • Pas de limites en nombres de mots clé.
  • Toutes les communes d’un secteur géographique ciblées

 

Inconvénients :

  • C’est payant
  • Vous arrêtez de payer, vous disparaissez
  • Une campagne mal paramétrée ne sera pas rentable.

 

Alors, SEO ou SEA ?

 

Ça dépend de vous, bien entendu. De votre secteur géographique, de votre secteur d’activité, de vos objectifs. Il est bien évident que nous ne pourrons comparer une PME qui propose des isolations de toiture à Montpellier, une entreprise de pose de terrasse en bois à Toulon, une société qui finance des voitures en leasing pour les professionnels avec un artisan dans un petit village.  De la concurrence dépendront les objectifs.

Pour la plupart des cas, nous serions tentés d’encourager les deux solutions en même temps, car elles sont très complémentaires. Une campagne sponsorisée peut palier à la lenteur des résultats du référencement naturel, par exemple. Et quand bien même vous auriez de bons résultats en naturel, il est très compliqué d’en avoir sur tous les mots clé vous concernant, ce manque pouvant être pallié par le sponsorisé.

Toujours est il que si vous démarrez, si votre site internet vient d’être mis en ligne, et que vos objectifs sont élevés le concernant, vous n’aurez d’autres choix que de mettre en place une campagne Google Ads, au moins dans un premier temps.

Si vous souhaitez une étude, un audit sur la stratégie la plus efficace à apporter pour votre entreprise, n’hésitez pas à prendre rendez vous ici!